28 mars 2006

Les disparitions

gaz

A Paris, Landru entreprend de consoler les veuves de guerre avant de s’approprier leurs biens.C’est du moins ce que l’histoire retiendra faute de preuves. Dès le mois de mai 1915, il fait en effet la connaissance de Marie Guillin, Anna Collomb, Célestine Buisson et Thérèse Laborde-Line par le biais d’une annonce passée dans Le Journal. Il récidive en juin tandis que Thérèse Laborde- Line disparaît à Vernouillet dans des circonstances tout aussi énigmatiques. A Paris, il loue un garde-meubles pour y entreposer les effets de ses victimes. En été, Marie Guillin disparaît à son tour dans la villa de Vernouillet. Les meubles et les effets de Mme Guillin sont alors entreposés à Neuilly, dans une remise qu’il vient d’acquérir. C’est près de la gare Saint Lazare, qu’il décide d’abord de conduire les femmes qu’il a sélectionnées pour les dépouiller de leurs biens. Peu de temps après, tandis qu’il lui a donné rendez-vous pour la séduire et pour la perdre, il fait la connaissance de Berthe Héon. Landru décide de quitter Vernouillet pour une maison à Gambais, à quarante kilomètres au sud-ouest de Paris : il la loue sous le nom de Raoul Dupont, et dès le mois de décembre, Berthe Héon, sa conquête depuis quelques mois seulement, y disparaît sans laisser de traces, comme trois autres avant elle à Vernouillet. Dés 1916, sûr de lui, Landru commence à tenir une comptabilité rigoureuse de ses dépenses et des recettes engendrées par sa terrible activité : tout est répertorié sur des fiches et dans une série de carnets. D’après ses carnets, c’est au mois de septembre 1916 qu’il fait la connaissance d’Anne-Marie Pascal par le biais d’une annonce passée dans La Presse, il prétend alors s’appeler Forest. C’est à la fin du mois de décembre qu’Anna Collomb disparaît à son tour à Gambais. C'est encore par le biais d'une autre annonce, signé Deroy, passée dans l'Echo de Paris, qu'il fait la connaissance de Louise Jaume. Mais cette année-là sera marquée par deux rencontre fortuites qui n'auront pas le même destin. C'est dans la rue, en effet, qu'il aborde une jeune fille sans fortune tout juste âgée de dix-neuf ans, Andrée Babelay, qu’il séduit sans perspective de profit, avant de la faire disparaître contre tout entendement. Puis il rencontre Fernande Segret dans un autobus : elle seule, rescapée de Landru et témoin de sa double vie, deviendra sa maîtresse attitrée jusqu’à son arrestation par la police. Andrée Babelay et Célestine Buisson disparaissent elles aussi tour à tour à Gambais, entre le mois d’avril et le mois de septembre 1917.

Posté par kematca à 11:14 - - Permalien [#]